Sciences Po, hauts-fonctionnaires et culture générale

Culture générale concours IEP

Connaissez-vous l’auteur de Olympia, la dernière palme d’or cannoise et le nom de la rivière qui donne avec l’Eure son nom à un département français ? Non, ce n’est ni un Trivial Pursuit ni un quelconque jeu télévisé : ce sont les questions auxquelles il faut répondre pour entrer dans la haute fonction publique… Sciences Po vous y formera, si c’est votre dernier mot !

Au commencement de Sciences Po était la culture générale…

Quand Émile Boutmy créa en 1871 l’École libre des sciences politiques dont devait naître par la suite les dix IEP que compte aujourd’hui le pays, il le fit sous le choc de l’effondrement du Second Empire : son établissement devait contribuer au redressement national en inculquant aux élites futures une solide culture générale matinée de foi républicaine.

Près d’un siècle et demi plus tard, l’objectif perdure. Si Sciences Po forme désormais aussi bien aux métiers de l’entreprise qu’à l’exercice d’une profession libérale, leur spécialité réside toujours dans la préparation des concours de la haute fonction publique. Et comme les administrateurs de demain se trouvent préférentiellement à Sciences Po, les administrations se sont adaptées en formulant des exigences conformes aux enseignements qu’ils dispensent.

… et à la sortie de Sciences Po est la culture générale !

L’épreuve-reine, pour tout étudiant de Sciences Po confronté à des candidats concurrents, est toujours la culture générale (ou les « problèmes contemporains », ou la « réflexion sur le monde », ou quelque autre dénomination qu’elle puisse recevoir). Neuf fois sur dix, elle prend la forme d’une dissertation aux règles canoniques. Plus rarement, un questionnaire à choix multiples vérifie l’ouverture d’esprit et la curiosité des aspirants fonctionnaires.

Le Sénat nous en donne un bel exemple avec son concours de rédacteur des débats ouvert à la fin de l’été. Les anciens, actuels et futurs étudiants d’un IEP goûteront à sa juste valeur le test de présélection s’étendant des pages 2 à 12 de l’annale mise en ligne sur le site de la Haute Assemblée… et se délecteront de constater qu’il ne s’agit jamais que d’une mise en bouche avant, en fin de page 12, l’habituel sujet de dissertation de culture générale en bonne et due forme. Fromage et dessert, donc !

Le document dans son entier est consultable ici : http://www.senat.fr/fileadmin/Fichiers/Images/ressources_humaines/annales_redacteur-2010-2011.pdf

N’hésitez pas à jouer de votre côté : l’auteur de « Ce n’est pas la girouette qui tourne, c’est le vent », l’identité du Diable boiteux, la définition d’une trappe à liquidité, l’intrigue des Cigares du Pharaon et autres esperluettes offrent de nombreuses occasions de se défier, dans le plus pur esprit Sciences Po !