Top 10 des vidéos de Charles de Gaulle

de gaulle

Nous célébrons aujourd’hui les 45 ans de sa mort. Il s’est éteint subitement, après une partie de patience, dans sa bibliothèque de la Boisserie, à Colombey-les-deux-Eglises. La France l’apprit le lendemain matin, par un communiqué de Georges Pompidou, commençant par: « Françaises, Français, le général de Gaulle est mort. La France est veuve. » Le nouveau découpage du programme d’histoire pour le concours commun des IEP invite à bien connaître la vie politique française et ses institutions. Des sujets portant sur le Général et sa politique sont à prévoir. Retour sur la période gaullienne, à travers dix vidéos permettant de mieux comprendre sa politique et ses idées.

 

 

1. Le discours de Bayeux


En 1946, alors que ce qu’il appelle « la dictature des partis » s’apprête à proposer une constitution rétablissant un régime parlementaire, le Général donne sa vision, et s’affirme favorable à la mise en place d’un pouvoir exécutif fort. Le discours de Bayeux est un concentré de toutes les critiques que l’on peut faire et qui ont provoqué la chute de la IIIe puis de la IVe République. Il permet également de comprendre l’esprit de la constitution du 4 octobre 1958, qui y colle parfaitement.

 

 

 

2. « Je vous ai compris »


De Gaulle revient au pouvoir en 1958 après la crise du 13 mai. Deux missions lui sont données: donner une nouvelle constitution à la France, et régler la question algérienne. Pour la première, le discours de Bayeux donne le ton, et ses idées sont claires. Pour la seconde, il a besoin de gagner du temps. D’un côté, il revient au pouvoir avec l’appui et la pression des généraux putschistes, et il s’est toujours fait « une certaine idée de la France ». De l’autre, depuis le discours de Brazzaville en 1944, il a vu le désastre de l’Indochine. Il dit donc les avoir compris, mais ne précise pas qui, et chaque camp le prend pour lui.

 

 

 

3. La Constitution du 4 octobre 1958


Le 4 septembre 1958, date anniversaire de la proclamation de la IIIe République, de Gaulle présente les grandes lignes de sa constitution, fidèle à l’esprit de Bayeux, et affirme par le choix du référendum sa volonté de tirer sa légitimité directement du peuple. Il remet au gout du jour le plébiscite bonapartiste, comme le rappela René Rémond dans Les droites en France.

 

 

4. De Gaulle et le temps des lampes à huile


Lors d’une allocation télévisée, le 14 juin 1960, de Gaulle nous livre sa vision de la reconstruction économique et sociale de la France, de la décolonisation et général, et de l’Algérie en particulier. Il montre, par ce discours, sa maîtrise de l’histoire et de sa langue. Il invite à prendre les choses comme elles sont, la France a changé, et elle doit s’adapter à son temps. Peu connu par les jeunes générations, si l’on devait garder une déclaration résumant la politique gaullienne de 1958 à 1969, ce serait peut être celle là.

 

http://fresques.ina.fr/de-gaulle/fiche-media/Gaulle00060/discours-du-14-juin-1960.html

 

5. « Un quarteron de généraux en retraite »


Se sentant trahis et refusant la décolonisation en Algérie, quatre généraux provoquent un putsch le 22 avril 1961. Le président de la République répond fermement. Cette crise provoqua l’utilisation de l’article 16 de la Constitution.

 

 

6. L’élection du président de la République au suffrage universel


Suite à l’attentat du petit-clamart, de Gaulle décide de modifier l’élection du président de la République. Jusqu’à présent, la Constitution du 4 octobre 1958 prévoyait son élection par un collège de grands électeurs. Mais l’attentat invite à réfléchir à l’après de Gaulle. Son successeur doit disposer d’une légitimité. Si le Général tient la sienne du 18 juin, son successeur devra la tenir d’une élection au suffrage universel direct.

 

 

7. le choix d’une Europe respectant la souveraineté nationale


De Gaulle affirme par cette conférence de presse sa position sur la construction européenne. Il ne souhaite pas que la France cède une partie de sa souveraineté à l’Europe. Il affirme par là même ses réticences à voir le Royaume Uni intégré la communauté.

 

 

8. Vive le Québec libre


En visite diplomatique à Montréal, le général de Gaulle tient un discours invitant les québécois, francophones, à demander leur indépendance. Il souhaite ainsi affirmer, au sein du continent nord américain, l’exception française et la place de la France dans le monde, qu’il refuse de voir désormais assise au second rang.

 

 

9. « Un peuple d’élite, sûr de lui-même, et dominateur »


De Gaulle affirme et justifie le 27 novembre 1967, après la guerre de six jours, la position pro palestinienne de la France. Il remonte pour cela à la déclaration Balfour et à l’accord Sikes-Picot, nécessaires à la compréhension du conflit. L’homme qui qualifie les Juifs de « peuple d’élite, sûr de lui-même, et dominateur », est un fils né en 1890 et élevé dans une bourgeoisie chrétienne, qui a considéré les juifs comme christicide jusqu’au concile Vatican 2, conclu en 1965, soit seulement deux ans avant cette conférence de presse. La France se rangera donc désormais derrière celui qui vient d’être attaqué.

 

 

10. La Der des Der


2 jours avant le référendum du 27 avril 1969 portant sur une dilution du sénat dans une assemblée consultative et la régionalisation du pays, de Gaulle tient à encourager les Français à voter oui. Il réaffirme ses principes selon lesquels un vote négatif provoquerait sa démission. Ce qu’il fit, le lendemain même des résultats.

 

Articles complémentaires

 

Top 10 des vidéos biographies

Fiche de révision sur la Ve République

Sujet: la droite française sous la Ve République

Quiz Ve République